Le Voyeur

Golan Haji

Le voyeur

Par deux trous dans le cœur de l’arbre
la lumière nous regarde
comme un enfant qui s’amuse avec des images
et qui s’appelle la mort.
Il voit comme les fleurs ont été arrachées
alors leurs racines ont arraché nos os.

Dans des villes érigées avec les voix des morts
des lieux où nous ne pénètrerons pas
car ils sont comme nous
– lointains, haïs, médiocres –
chiffres qui lèvent la tête et polluent les paroles ;

nous étions des chambres sur le toit du monde
bâties de silence par la lumière,
louées par des étudiants et des ouvriers en bâtiments, tous fauchés
ombragées toujours
par tant de mots sales.

Traduit de l’arabe par Nathalie Bontemps

المتلصّص

من ثقبين في قلبِ الشجرة
ينظرُ إلينا الضوء
مثل طفلٍ يلهو بالصور
اسمهُ الموت،
ويرى كيف اقتُلِعتِ الزهور
فاقتلَعتْ جذورُها عظامنا.

في مدنٍ شُيَّدت من أصواتِ الموتى
أمكنةٌ لن ندخلَها لأنها مثلنا
بعيدةٌ مكروهةٌ رخيصة،
أرقامٌ ترفعُ رؤوسَها وتفسدُ الأحاديث؛

كنا غُرَفاً على سطحِ العالم
بناها الضوءُ من الصمت
يستأجرها طلبةٌ وعمّالُ بناءٍ مفلسون،
وتظلّلها دائماً
كلماتٌ كثيرةٌ وسخة.

Golan Hadji

Golan Haji, écrivain, poète et traducteur kurde syrien, né en 1977. Il a publié trois recueils de poésie dont le “Dark Club”, qui a remporté le premier prix du concours de poésie Muhammad Al-Maghout en 2006.

Source : Lyrikline

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.