Le monde est le poème de mes sens

 

Eeva-Liisa Manner


Le monde est le poème de mes sens

Les places, les voitures rapides, les arbres, le vert poussiéreux
reçoivent leur ton de moi&thinbs;:
le monde est le poème de mes sens
et il cessera quand je mourrai.
Cette proximité, ce long moment, cette douce impression de la peau
sont uniquement en moi, pour moi&thinbs;; simple sensation
ou anneau autour de l’illusion de mes sens.
Quand je t’emprunte ton œil objectif
je vois (comme par l’autre bout de la lorgnette)
comment tu marches par les rues claires
à deux, dans les lumières des marquises,
tu es loin, toujours plus loin, toujours
tu es, mais petit à disparaître.



Maailma on minun aistieni runoelma

Torit, kiitävät autot, puut, pölyinen vihreä
saavat sävynsä minulta:
maailma on minun aistieni runoelma
ja lakkaa kun minä kuolen.
Tämä läheisyys, pitkä hetki, ihon pehmeä
tunnelma ovat vain minussa, minulle; mielle vain
tai kehä minun aistieni haaveen ympärillä.
Kun lainaan sinulta objektiivisen silmän
näen (kuin käännetyn kiikarin läpi)
miten kuljet kirkkaita katuja pitkin
kaksin, markiisien valossa,
olet kaukana, yhä kauempana, yhä
olet, mutta häipyvän pieni.


Eeva-Liisa Manner

(Finlande) Kirjoitettu kivi (Pierre gravée)Le Rêve, l’ombre et la vision (Orphée / La Différence, 1994) – Traduit du finnois par Jean-Jacques Lamiche.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.