La Beauté pour transcender le chaos et l’éphémère

Dimanche 10 août à 15h30, sous la Halle des Chartrons, Jean-Baptiste Para, Jean-Paul-Michel, Jean-Claude Pinson et Pierre Bergounioux débattront sur la beauté, thème du Printemps des Poètes 2019 choisi par sa directrice Sophie Nauleau, auteur du vers donnant le titre à cet échange*.

Entrée libre

Pierre Bergounioux
Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de lettres modernes, critique littéraire, enseignant, Pierre Bergounioux est un des auteurs contemporains des plus féconds. Son œuvre abondante reprend sans cesse les mêmes motifs : la déchirure entre enfance et âge adulte, c’est à dire entre l’ignorance et la prise de conscience de l’absurdité du monde avec une existence soumise au travail du temps.

Pierre Bergounioux est aussi sculpteur. Parcourant décharges, vieilles granges, ferrailleurs et autres lieux improbables où s’échouent les épaves de notre société de consommation il récupère différents matériaux qu’il assemble, soude, patine pour en faire des œuvres d’art torturées évocatrices du monde contemporain.

Il partage sa vie entre Corrèze et la banlieue parisienne. En effet, après avoir passé l’essentiel de sa carrière en collège, il dispense depuis 2007 des cours sur l’histoire de la création littéraire aux Beaux-Arts de Paris.

Jean-Paul Michel, avec qui il est ami depuis qu’ils étudiaient tous deux au lycée de Brive-la-Gaillarde, lui a consacré un de ses livres, “La deuxième fois”, Pierre Bergounioux sculpteur (William Blake & Co., Bordeaux) tandis que Henry Colomer a produit en 2013 un film intitulé Vies métalliques, témoignage de sa créativité plastique.

Jean-Baptiste Para
Né à Paris en 1956, ayant suivi des études de langues et de lettres classiques, Jean-Baptiste Para est poète, traducteur et critique d’art.

De 1994 à 2004, il a animé avec André Velter l’émission Poésie sur parole diffusée sur France Culture.

Rédacteur en chef de la revue littéraire Europe où il a débuté en 1980 comme chroniqueur des arts et secrétaire de rédaction, il dirige aux Éditions Cheyne la collection D’une voix l’autre consacrée à la poésie traduite.

Il a publié plusieurs recueils de poésie, des essais et des traductions ainsi que plusieurs poèmes en revue (Neige d’août, le Mâche Laurier, Action Poétique).

Il est membre du conseil littéraire de la Maison des Ecrivains Etrangers et des Traducteurs (MEET) et siège depuis 2008 au jury du prix Laure-Bataillon.

Jean-Baptiste Para est lauréat du Prix Nelly Sachs et du Prix Laure Bataillon. Il a reçu le prix Apollinaire en 2006 pour son recueil La Faim des ombres (Obsidiane). Pour lui, écrire de la poésie, c’est aller vers l’inconnu, l’inconnu de soi, l’inconnu du monde, c’est une façon de cheminer à l’infini vers sa propre humanité.

Ses poèmes ont été traduits dans plusieurs langues (chinois, japonais, espagnol, italien, persan…) et il a lui-même traduit en français de nombreux poètes italiens, indiens ou russes.

Jean-Claude Pinson
Né en 1947 près de Nantes dans une famille de cheminots Jean-Claude Pinson est poète, philosophe, essayiste et théoricien.

Après des études de Lettres en Sorbonne et de premiers essais poétiques dans la mouvance du groupe “Tel Quel”, il s’engage dans le militantisme “maoïste” version “marxiste-léniniste” pendant une quinzaine d’années, ce qui le tient éloigné de la philosophie et de la littérature. Il y revient sur le tard « résolu à conjuguer l’invitation de Rimbaud à “changer la vie” et l’appel de Marx à faire de la philosophie une arme en vue de la transformation du monde. »

Il vit à Nantes, où il a longtemps enseigné la philosophie de l’art à l’Université. Il a été élu au conseil d’administration de la Mel en juin 2017.

Jean-Paul Michel
Né en Corrèze en 1948, Jean-Paul Michel est poète, critique littéraire, essayiste et éditeur. Il est agrégé de philosophie. Il a d’abord publié sous le nom de Jean-Michel Michelena puis, sous le sien propre à partir de 1992. En 1975, il a créé les éditions William Blake & Co dont il assure depuis lors la direction littéraire et avec lesquelles, outre ses propres recueils, il a publié de nombreux ouvrages de poésie, philosophie, esthétique, qu’il s’agisse d’œuvres classiques ou contemporaines.

De 1982-1986, il assure la publication posthume de trois volumes d’Écrits sur l’art et pensées détachées de Jean-Marie Pontévia.

A partir de 1997, ses poèmes et ses Ecrits sur la poésie ont été rassemblés en quatre volumes aux éditions Flammarion dans la collection dirigée par Yves di Manno. Son œuvre poétique est traduite en plusieurs langues.

De 1999 à 2007, il collabore régulièrement à la Nouvelle revue française.

En 2000, Jean-Paul Michel rencontre Yves Bonnefoy, dont William Blake and Co. publiera une dizaine de titres, et avec qui il gardera des relations de travail et d’amitié continues jusqu’à la fin de sa vie.

En 2018, il a publié chez Verdier Correspondances qui recueille ses échanges épistolaires avec son ami d’enfance Pierre Bergounioux de 1981 à 2017.

Jean-Paul Michel vit à Bordeaux.

*“J’ai vu une enfance violentée rêver devant un amandier en fleurs.
J’ai vu un homme emprisonné retrouver souffle à la lecture d’un poème.
J’ai vu le ciel déverser des tonnes d’azur sur nos morts.
J’ai vu la neige brûler moins que les larmes.
J’ai vu le soleil consoler un coquelicot, et réciproquement.
J’ai vu un arc-en-ciel en cavale sous l’orage.
J’ai vu un ange noir chanter sous les étoiles.
Et je n’ai trouvé qu’un mot pour dire cela qui transcende le chaos, l’éphémère et la joie mêlés de nos vies : LA BEAUTÉ….”

Sophie Nauleau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.