Douloureux chant de la poubelle

 

Rafael Morales

Douloureux chant de la poubelle

De ta forme courbée, humble et silencieuse,
L’ordure tu entoures, triste anneau, tu l’attires.
Dedans toi la tendresse commence à s’arrondir
Puis doucement encore, s’arrondit, douloureuse.

Tout ce que tu contiens, strictement chaque chose
Contenait de l’éclat, parfois même beauté
Ici, oh, d’une orange en toute liberté
S’aventure le léger délicat ruban rose.

Et ici, d’une pomme verte et froide à la fois
Un trognon pleure un jus tout aussi délicat
Parmi morte poussière et la nuit qui le noie

Oh, vieux seau résigné, et sale de surcroît,
Depuis fond de ton cœur la peine nous envoie
De l’humble et l’oublié le sanglot de la voix.
Traduction, Gaël Martin

Cántico doloroso al cubo de la basura

Tu curva humilde, forma silenciosa,
le pone un triste anillo a la basura.
En ti se hizo redonda la ternura,
se hizo redonda, suave y dolorosa.

Cada cosa que encierras, cada cosa,
tuvo esplendor, acaso hasta hermosura.
Aquí de una naranja se aventura
su delicada cinta leve y rosa.

Aquí de una manzana verde y fría
un resto llora, zumo delicado
entre un polvo que nubla su agonía.

Oh, viejo cubo sucio y resignado:
desde tu corazón la pena envía
el llanto de lo humilde y lo olvidado.

Rafael Morales

Chant sur l’asphalte, 1954

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.