De mon Village

 

Frédéric Jacques Temple

extraits


Bouses
De larges flaques de soleil
odorantes, flavescentes,
étoilaient les chemins
quand passait vers la rivière
la procession des bœufs
harcelés de mouche

Calvaires
A tous les carrefours
ils se dressent
ciselés par des inconnus
qui ne se disaient pas artistes.
Les suppliciés aux visages naïfs
figés dans les douleurs extrêmes
marquent l’arrêt pour diriger
Dieu seul sait où
le voyageur


Statue-menhir
Un jour dans les broussailles
millénaires,
fouinant pour placer des collets,
j’ai découvert la pierre droite
sur laquelle j’ai reconnu
le relief de mon propre visage.

Dolmen
Sa porte d’ombre
ouverte aux quatre vents
ne garde plus ses énigmes,
mais son mystère
l’épreuve du temps
demeure.


Murets
Des hommes
réduits en poussière
ont porté une à une
ces pierres sèches
blanchies au grand soleil
des siècles,
pour monter ces murets
gardiens de la mémoire

Frédéric Jacques Temple

La Chasse infinie et autres poèmes, Poésie/Gallimard

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.