Après-Midi

 

Jacques Réda

Pâle clarté d’après-midi sur les toits bleus et roses.
La cloche va sonner ; on voudrait dormir comme l’arbre
A l’angle de la rue où ne passe jamais personne.
Mais l’astre d’insomnie est dressé là, strident
Comme un coq au milieu de la cour abandonnée.
Entre les timons dont le bois poli craint de luire.
Et tout ainsi, jusqu’à l’oiseau irréprochable qui s’est tu,
Frissonne dans la pauvreté humiliée des apparences.
Sommeil, ou mort, votre ombre est préférable à ce dévoilement
Infini des rêves livrés à l’ironie de la lumière,
Aux yeux qui n’ont plus de paupière et ne peuvent nier
Ce vide qui s’accroît soudain lorsque deux heures sonnent.

Jacques Réda

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.