Affinités

Luciano Erba

 

Affinités

Pour avoir perdu le chemin
dans le brouillard
je ne suis plus pressé.

Un pas de temps à autre
comme le corbeau
qui, distrait, bat de l’aile.

Si tu me vois poser les yeux sur les chaumes
c’est comme l’aube
que nous sûmes aimer.

 

 

Affinità

Per aver perso la strada
contro la nebbia
non ho più fretta.

Ogni tanto un passo
come il corvo
che batte l’ala, sbadato.

Se mi vedi con gli occhi sulle stoppie
è come l’alba
che sapemmo amare.

 

Luciano Erba

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.