Sanguine

Sanguine

La fermeture éclair a glissé sur tes reins
Et tout l’orage heureux de ton corps amoureux
Au beau milieu de l’ombre
A éclaté soudain
Et ta robe en tombant sur le parqué ciré
N’a pas fait plus de bruit
Qu’une écorce d’orange tombant sur un tapis
Mais sous nos pieds
Ses petits boutons de nacre craquaient comme des pépins
Sanguine
Joli fruit
La pointe de ton sein
A tracé une nouvelle ligne de chance
Dans le creux de ma main
Sanguine
Joli fruit
Soleil de nuit.

Jacques Prévert

 

Une réflexion sur « Sanguine »

  1. Prevert , libre dans sa tête .
    Libre d’aimer et de l’écrire .
    Autres temps et pourtant , répétition des mêmes mécanismes humains Canibales …
    Pier Paolo Pasolini , et la persécution nous revient comme un boomerang insistant , même si l’on croyait que les temps avaient changé.
    Dans : Trasumanar e organizzar ( 1971)
    ” La liberté est intolérable à l’homme
    ( surtout jeune ) qui s’invente mille obligations pour ne pas la vivre .”

    V

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *