Point de suspension (1999)

CE FROID COULEUR D’ARBRE calciné
qui comme un remède offre son poison
n’est là que pour attendre la nouvelle

qui l’apportera si ce n’est l’oiseau voyageur parti
plus loin que d’habitude avec dans son œil
tout ce qui à l’intérieur ne voit plus la même chose

bonne nouvelle devenue viscères oracle code
gouttes d’huile à la surface de l’eau

comme au temps de l’œil de colomb
quand ne comptait que le sang des uns
dans les yeux des autres

Jean Portante
Le travail de la baleine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *