Toujours courir

Toujours courir

De temps en temps l’avenir se souvient de nous
si loin soit-il,
souvent nous recevons un vague message
écrit à toute allure
car il part sans cesse
encore plus loin.
Que faire avec ça ?
Des écrits que personne ne lit.
Personne parmi nous ne sait lire
ce que l’avenir écrit.
Si ce n’est quelques rares
et savantes espérances.
On peut toujours courir.

Kiki Dimoula (Grèce)

Mon dernier corps (1981) – Traduit du grec par Michel Volkovitch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.