Stratford

Stratford

L’une avait des cheveux blonds

Et ne les penchait guère

Que sur les redoutables héros de ses livres.

Quand ils se battent pour une captive

Aux jambes encore entravées; l’autre

Portait un corsage couleur de lièvre

Sans rien d’éperdu dans sa forme

Et s’essayait au tremblé de la voix

Pour faire vrai quand elle disait qu’aucun air

N’innocente un monde à faux proverbes

Et meurtres cachés.
Elles avaient appris

À se connaître en aimant
Hamlet

Et les hommes hésitants, à
Stratford,

Comme il convient.
Dans la fumée,

Les cris du pub, l’acteur démaquillé
Avait aussi lampe des bières sans fin,

Tandis qu’Ophélie riait chaque nuit

De plus en plus haut, en gagnant

Contre de vrais gaillards

Des parties de fléchettes rouge et or.

Les gens parfois chantaient
O mistress mine..

Et certains finissaient par se prendre la main.

Il y eut même un soir une vraie foudre :
Edmund,

Bâtard de
Lear, et le silence chargé d’armes

Soudain, de craquements de planches,
De mots obscènes contre les héritiers :
Toi,
Nature, Ô ma déesse…
Elles rentraient tard,
Sous un vertige d’étoiles, festin de rythmes
Filant par-delà les questions vers l’ombre bleue,
Buissons, flocons et lèvres de la rivière.

Cherchant l’issue, cherchant les impensables

Fleurs lucides, et s’arrêtant ensemble

Au rebord de jardins ensauvagés pour mieux

S’imaginer chaque syllabe sans cesse

À bout de branche, à bout d’idée

Nouvelle et de dépense avide : comment

Échapper au legs, comment devenir

Quelqu’un d’autre, à sa juste distance.

Et moyen pour les yeux de ne jamais

Durcir ce qu’ils regardent, même quand

La vie va prendre cette forme unique :

À l’avenir présentez-vous dans les délais.

Quelque chose était là malgré tout dans les haies

Parmi les liserons ; il faudrait vingt ans

D’oubli pour en retrouver la douceur.

Hédi Kaddour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *