Soudain

Sobte

Lo silenci de hèr
De hèr
Clausura glaçada
A l’entorn pregonda
La nueit senhoreja
Senhoreja

Sas planetas blancas
Peiras hòlas shiulan
Per tostemps lo tristèr
Lo tristèr

Lors crits que m’embarran
E que’m clavan lo còs
La clausura de hèr
De hèr

Soudain

Le silence de fer
De fer
Clôture glacée
Tout autour, profonde
La nuit règne
Elle règne

Ses planètes blanches
Pierres folles sifflent
Eternellement la tritesse
La tristesse

Leurs cris m’enferment
Ils me clouent le corps
La clôture de fer
De fer

Danièle Estèbe-Hoursiangou
(In Oc Revista – Printemps 2013)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *