Si loin hier

Si loin, hier
sous le pli de la neige
l’amandier encore

nocturne aux lèvres
de l’aimée

*

Un peu plus loin on ne pense à rien — à plus rien, à cause du lien qui se noue ici. Yang Lian, un poète relu. Les poèmes de Li Bai, relus aussi et

cette touche unique de rouge — le Chant de la terre.

*

sourde
sous l’écorce rougeâtre

L’étreinte de l’aimée
l’intérieur du fruit

la nuit l’oranger

*

L’espacement et la limite, le ciel, l’horizon, comme un cheminement sans fin — et la Flûte chinoise.

Deborah Heissler
Palais d’été, Beijing
2008

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *