Rixe

Rixe

Les canifs d’Albacete,
au milieu du précipice,
luisent comme les poissons
embellis de sang hostile.

Un dur éclat de poker
coupe dans le vert acide
des chevaux pris de fureur,
des cavaliers de profil

Aux branches d’un olivier
deux vieilles femmes gémissent.
Voilà que grimpe aux rideaux
le grand taureau de la rixe.

Les mouchoirs et l’eau glacée
des anges noirs te fournissent.
Des anges aux ailes comme
à Albacete les canifs.

Juan Antonio de Montilla
mort le long du ravin glisse,
une grenade à ses tempes
et le corps semé de lys.
La croix de feu qu’il chevauche
dès lors à la mort le hisse.

Par l’olivaie vient le juge
avec un garde civil.
Le sang qui s’est enfui pleure
un refrain muet de reptile.

Ça s’est fait comme toujours,
– Messieurs les gardes civils:
cinq Carthaginois sont morts
et quatre Romains périrent.

Le soir fou de ses figuiers
et de ses chaleurs qui bruissent,
défaille sur les blessures
des cavaliers à la cuisse.

Et des anges noirs volaient
dans l’air du jour qui décline.
Des anges aux longues tresses
et dont le cœur est fait d’huile.

Frederico Garcia Lorca

Traduction : Line Amselem

Une réflexion sur « Rixe »

  1. Échos , sombres de l’autre côté des mers & océans pas si pacifiques …

    Teremotos , Tormentas y Malas Ondas
    ~ ~ ~
    Choc du matin gris, très gris , lourd aussi
    Pourtant chantent quelques piafs encore .
    Ici hésitations entre Ostinato Jordi Savall , Hespèrion XXI
    Et mon contemporain mexicain : Fernando Delgadillo La Piramida del Sol
    Piramida de la Luna …
    Ou Augustín Lara , pianos et retours, todavia .

    Antonio Gamoneda ~ ~ ~

    ¿ Es la luz esta sustancia que atraviesan los pájaros ?
    En el temblor del sílice se depositan cuarzo y espinas pulimentadas por el vértigo. Sientes
    El gemido del mar. Después, frío de los límites.

    Entra en tu cuerpo y tu cansancio se llena de pétalos.
    Laten en ti biseras felices : música al borde del abismo.
    Es la agonía y la serenidad.
    Aún sientes como un perfume la existencia.
    Este placer sin esperanza, ¿ qué significa finalmente en ti?
    ¿ Es que va a cesar también la música ?

    Antonio Gamoneda
    Antoni Tàpies ( illustrations )
    Froid des Limites
    Frio de los límites
    Éditions Lettres Vives
    Trad. de l’español par Jacques Ancet (2000)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *