Ode au squelette

Ode au squelette

Je cherche mes os
Réveillée par le frôlement noir
De celui qui est passé là-bas
Irriguant nos mémoires
Tout inondé de nuit
La peau affamée de soleil
La gorge asséchée de bleu
Laissant dans le vent d’été
L’odeur grise déchirante
De l’ombre si douce des glaciers

Je cherche mes os
En eux je poursuis la minéralité pure
Dont j’ai besoin pour rêver
Et ils sont désormais le seuil
De ce chemin nécessaire
La lueur de mon ultime résidu
Me ramène dans des spasmes
Vers les matins de lune
Où je devine le bonheur étrange
De nos gravitations conjointes.[

Òda a l’òssa

Me cerqui los òs
Deishudada peu hregadis nere
Deu qui passè un jorn acerà
Arrossegant las nòstas memòrias
Tot adaigat de nuèit
La pèth ahamiada de só
Lo còth assecat de blu
Deishant au vent d’estiu
L’aulor grisa esperrecanta
De l’ombra tan doça deus glacèrs

Me cerqui los òs
I cuelhi la mineralitat blosa
Qu’en hè hrèita ta saunejar
E d’ara enlà vadón lo portalèr
D’aqueth tralh necessari
La lusor deu men honsalh
M’entorna hens espasmas
Cap aus matins de lua
On endivini lo bonur estranh
De las nòstas gravitacions conjuntas

Danièle Estèbe-Hoursiangou
(In Parçans esconuts -Territoires cachés- Editions Jorn-Février 2013)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *