Je n’ai rien dormi

Je n’ai rien dormi

I

Je n’ai rien dormi

Les jours finissent
en nuits
infinies

Les verres sont
de ta main
à ma bouche

Et l’on entend
un train
dans l’obscurité

Je n’ai rien dormi

II

J’aimerais monter dans ce train et oublier son chemin
monter sans réfléchir et me fier seulement à son tatactatoum
regarder par la fenêtre les paysages qui avancent
oublier le nord le sud et me laisser prendre par son mouvement

J’aimerais me réveiller sur l’autre rive
dans un lever de soleil et de vagues
dans cette possibilité d’être
là où me porte l’envie

J’aimerais

III

J’écoute le bruit sourd régulier
d’une progression vers je-ne-sais-où
est-ce le train ou mon sang qui pulse ?
je m’assois dos à la route
pour me laisser surprendre par ce qui fut

Samantha Barendson

Extrait de Tatactatoum
Gare Maritime 2017, Maison de la Poésie de Nantes, p. 19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *