À défaut de lumière

À défaut de lumière,
prends-moi.
Que je sois nuit, nuit qui embrase
à te rendre point du jour.

À défaut d’amour,
prends-moi.
J’arracherai les prunelles de la nuit,
qu’astre tu deviennes et que tu flamboies.

À défaut de haine,
mais prends-moi.
Dans mon coeur un enfer tournoie,
siècles d’enfer.

À défaut de lumière,
prends-moi.
Et si je venais à te manquer
que ferais-je ?
Sinon te contempler sans fin,
sinon brûler de toi.

Aco Šopov,
traduction Jasmina Šopova et Edouard J. Maunick

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *