Sortir

Sortir

J’étais une marionnette sans ficelle
Mes jambes ne supportaient pas mon corps
Ensommeillé et distant de l’éveil
Les bruits de bidon n’étaient plus des bruits
Ils se cachaient derrières les paroles
Chaque élément était une multitude
Tout simplement, tout pouvait s’expliquer
Chaque chose à sa place avait un sens
Rien n’était là par hasard, mais à Dieu
Dans chaque chose, il y avait un esprit.

Eric Joël Edouard Bekale-Etoughet (Gabon)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *