Peur

Peur

J’accueille le grand amour,
Je m’inquiète !
Où vais-je le mettre ?
On m’espionne par la fenêtre !

Amour, d’habitude, tu loges dans le cœur !
Et dans les yeux, se voit ton bonheur

J’ai un cœur froissé,
Par les douleurs du passé.
J’ai les yeux cernés
Par les larmes chargées.
J’ai un corps fané,
Par les fatigues des années !
Amour ! Je suis troublée,

J’ai peur pour toi, Amour !
Je cacherai en moi
Tes flammes et tes rêves.
Et je te confierai à l’obscurité de la nuit
Et à la lumière du jour.

Monia Boulila (Tunisie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *