L’espace d’une feuille

L’espace d’une feuille

J’ai l’espace d’une feuille pour
Devenir Reine !
Posséder le printemps et défier le vent
Renverser les nuages et cueillir les étoiles
Ramasser les instants du temps

J’ai l’espace d’une feuille pour
Traverser le désert et oublier l’absence
Habiller l’ombre et remplir le silence
Rattraper la trace et assécher le mirage !

J’ai l’espace d’une feuille pour
Faire briller le soleil
Etaler mon ombre sur les distances
Faire couler l’encre du désir
Enfoncer ma pointe dans une nouvelle page
Rassembler le puzzle d’une vie !

Oui, J’ai apprivoisé l’espace d’une feuille
Et, depuis lors, j’ai appris
en scribe attentive
A déjouer l’alphabet et écrire mon nom !

Monia Boulila (Tunisie)

Une réflexion au sujet de « L’espace d’une feuille »

  1. Merci à Hubert Haddad , qui l’autre soir à la librairie olympique, nous a embarqués dans les flots poétiques de ses mots choisis , tellement lucides ô combien .
    La poésie n’est pas dans « le sommeil de la banalité », car elle  » est le lieu de l’absence » et elle n’est pas non plus dans  » les exaltations somnolentes « .

    Et de rendre hommage à Robert Desnos :  » c’est le tremblement même du temps « .
    De citer Victor Hugo :
     » Il nous faut à chaque instant la secousse du réel « .

    V Cotet Chastelier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *