Les Bourreaux

Les Bourreaux

Un homme est assis sur le lit
d’une femme qu’il vient de battre,
panse ses blessures,
tamponne avec précaution ses ecchymoses.
Son sang se répand autour d’elle,
noircit.

Étonné, il prend conscience qu’il s’est mis
à l’aimer. Il est terrifié.
Pourquoi n’avait-il jamais
vu auparavant, ce qu’elle était ?
Et si elle cessait de respirer ?

Terre, ne peut-on t’aimer
à moins de croire que la fin est proche ?
Croire en ta vie
à moins de penser que tu agonises ?

The Batterers

A man sits by the bed
of a woman he has beaten,
dresses her wounds,
gingerly dabs at bruises.
Her blood pools about her,
darkens.

Astonished, he finds he’s begun
to cherish her. He is terrified.
Why had he never
seen, before, what she was?
What if she stops breathing?

Earth, can we not love you
unless we believe the end is near?
Believe in your life
unless we think you are dying?

Denise Levertov (USA)Evening Train (1992) – Traduit de l’anglais par Stéphane Chabrières

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *