Le Messager

Le Messager

Qui veut avoir vue sur la vision met son œil dans sa poche

Hors du champ lumineux des êtres et des choses rien ne demeure, et le temps réinvente ses ruines

La présence unit le doute au songe

L’amour est là sur le ciel de nos corps

Spectre d’une mémoire à venir,
est-ce une buée de sable
l’illusion d’un aimant
ou des lèvres calcinées ?

La clarté murmure
d’exil en exil
entre des pierres plus égarées
que des étoiles

Mise à sac des ténèbres et du vent

L’aube attend d’un voile l’autre l’envol d’un oiseau

Partir
c’est revivre un peu
le cœur plus grand que les yeux

La vie comme reflet d’eau de source sur la peau vive du regard

A la lisière on cherche une aile déchirée

Jusqu’à quitter son calque et son trouble

Empreinte de l’absence où nidifie l’éclair,
l’orage s’est mis à l’ancre d’un grand rêve éveillé

Jeu du destin
et du vide
ô visage de poussière
entre visible et feu

Ce ne sont que traces du bord de l’énigme qu’oracles de dieux fous

Comme une ombre
parfois
sait éclairer la nuit

Personne ne tient la frontière qui mène du signe au songe
Nul passeur n’accompagne le passage
ni l’oubli où vient se disperser le masque des chimères

Le souffle effleure une image qui hante et le givre et le sel

Du miroir il ne reste qu’une trame désertée

Après ce mirage il en est un autre en creux sur l’horizon

On y place un refuge, l’espace peut-être de gestes limpides de pensées sans bagage

En ce pays l’éphémère garde le goût des fées

Rien n’existe vraiment
sinon le halo
d’une bouche lointaine

Créature d’air à la démarche trouée
l’accidentel couvre tes épaules de cendres

Tu es le corps de ton exil sans nom sans descendance,
le chemin que tu suis t’éloigne infiniment

Regard
où l’errance
s’enracine

Le messager de la lumière s’est brûlé pour une ombre

André Velter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.