Le corps de qui

Le corps de qui

De moi, ô corps, approche-toi sans crainte
Ton corps appartient à ton sanglot aux confins des délices de l’amour
De ton corps approche-toi, ô corps
et regarde tes membres
se défaire
et se dissoudre
Ton cri est ton commencement, ô corps
Pour lui les branches
les arcs
Pour lui les rires naissent
du gosier de l’éternité
Ne crains pas de te désintégrer, ô corps
et nu, avance vers mes yeux
nu et brûlant
Dans la tempête grave-toi
avec l’envie des fossettes
Triomphe de toi et de moi
pour que la langue jubile
de fondre
entre les fissures d’un nuage
à la flamme attisée
corps, sois pour moi
logis d’eau
épi
pour infirmer ce dont me menace le soir
mort
et anéantissement

Mohamed Bennis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *