Le centre de la scène

Le centre de la scène

Elle danse très loin.
C’est ainsi que je rêvais. C’est pourquoi je reste dans le noir. Mais j’ai soif. Cette soif d’une liberté qui recule.

Il vient lui aussi.
Sans le dire entrouvre l’arabesque d’une main
Qu’on veut libre.

L’embrasse avec ses jambes ouvertes le temps d’être portée là-haut
Contre lui.

Son visage contient des choses humaines on se souvient
Mais c’est dans l’articulation que l’histoire vient.

Toujours ce temps pour faire un geste
Ne plus le revoir.

Ariane Dreyfus
Quelques branches vivantes, Poésie / Flammarion, 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *