La Route littorale

La Route Littorale

Route pour partir de soi …et vers soi
Mon corps est une plume et l’espace,
un oiseau

Route de l’hirondelle et du parfum des orangers sur la mer
La nostalgie est le parfum

Route des épices, du sel, du blé
De la guerre aussi

Route d’envahisseurs cherchant à restaurer leur histoire
Avec un lendemain déposé dans les banques

Route qui me barre la route
Et mon fantôme m’apostrophe :
Si
tu désires
arriver
à
ton âme récalcitrante
n’emprunte pas
les routes claires.

Mahmoud Darwich
Ne T’excuses Pas
traduit par Elias Sanbar
Actes Sud

Une réflexion au sujet de « La Route littorale »

  1. Extrait de
    Si tu marches dans une rue

    Si tu marches dans une rue qui ne
    mène pas à un précipice ,
    dis aux éboueurs : Merci !
    Si tu reviens vivant à la maison ,
    comme revient la rime,
    sans défaut , dis-toi : Merci !
    Si tu as un pressentiment et que
    ton intuition te trahit, pars demain voir où tu étais
    et dis au papillon : Merci !
    Si tu cries de toutes tes forces
    et que l’echo te répond :
     » Qui est là ? » ,
    dis à ton identité : Merci !

    Mahmoud Darwich , in
    Comme les fleurs d’amandier ou plus loin
    traduit de l’arabe ( Palestine )
    toujours par Elias Sanbar
    Ed. Actes Sud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *