Je vous salue

Je vous salue

Vous les fouilleurs de poubelles
les infirmes
aux moignons crasseux
les borgnes
les hommes rampants
vous les maraudeurs
les gamins des taudis
je vous salue.
Quel fardeau portez-vous
en ce monde immonde
plus lourd que la ville
qui meurt de ses plaies ?
Quelle puissance
vous lie à cette terre frigide
qui n’enfante des jumeaux
que pour les séparer ?
Qui n’élève des buildings
que pour vous écraser
sous les tonnes de béton
et d’asphalte fumant ?
Vous les mangeurs
de restes
les sans-logis
les sans-abri
Quel regard portez-vous
sur l’horizon en feu ?

Véronique Tadjo,

Latérite, « Monde noir poche », CEDA, 1984<

2 réflexions au sujet de « Je vous salue »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *