Ici, il n’est pas question

Ici, il n’est pas question de lier lâchement deux noms.
Ni de l’étreinte dans les feuilles d’un vieux cahier.
Il s’agit de ma chevelure bienheureuse.
Avec les coquelicots ardents de ton baiser.
Et l’intimité de nos corps, pris au vol.
Et le scintillement de nos nudités,
Comme les écailles des poissons dans l’eau.
Il s’agit de la vie argentée d’une chanson,
Qu’un petit jet d’eau chante à l’aube :
… Viens dans la prairie.
Dans la grande prairie.
Et appelle-moi, à travers les respirations des pétales.
Comme un cerf qui réclame sa compagne.

Forough Farrokhzad

Une réflexion au sujet de « Ici, il n’est pas question »

  1. Et maintenant que tombe la nuit, nous sommes pareils à ceux qui n’ont plus de nouvelles et qui laissent ouverte la porte de leur maison.
    André Rochedy
    Par le violet des roses

    Cheyne Éditeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *