Demain si la mer

Demain, si la mer

Demain, si la mer est docile
Je partirai de grand matin
J’irai te chercher une île,
Celle que tu montres avec la main.

Je la ceinturerai en filet
La traînerai près du grand quai
Tu l’offriras au jour
En l’honneur de nos amours.

Si l’océan frémit
Au toucher de ton doigt,
Que penser mon amie
Quand tu te donnes à moi ?

Passerai-je la nuit
Immobile comme marbre
Si tu prends comme lit
Mon hamac sous les arbres ?

Quand ils t’ont aperçue
Les oiseaux en folie
Ont envahi la rue
Et reculé la nuit.

Les fleurs de mon jardin
Se sont déracinées
On les voit le matin
Dans l’air se promener.

Viens, nous nous coucherons
Sous le même manteau
Nous nous endormirons
Liés comme roseaux.

Félix Leclerc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *