Angoisses (pour en rire)

Angoisses (pour en rire)

Eclairée d’absences
la nuit se peuple de murs fissurés
chaque blessure est un cri de la pierre et du vent
sur ta poitrine une dalle piétinée par des chevaux
tu songes à une prairie légère
et tu tombes dans le puits de la naissance
Mémoire haute
Labyrinthe clos
Clé suspendue aux nues
tes lèvres cherchent le sein
les dents se brisent
éclat de verre et d’étoile
la peur
s’entasse
comme le sable dans ton corps

Tahar Ben Jelloun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *