Je dresse mon tambourin

Je dresse mon tambourin,
je rassemble là mes amis ;
ils se réjouissent,
je les fais chanter !
Nous partirons ainsi,
souvenez-vous en.
Soyez heureux, maintenant,
oh ! mes amis !

Est-ce, aussi, la paix
comme ce doit être là-bas ?
Est-ce, aussi, la paix
là où sont ceux qui n’ont plus de corps ?
Il nous faudra partir !

Mais, ici, c’est la loi des fleurs,
mais, ici, c’est la loi des chants,
ici, sur la terre !
Soyez heureux,
revêtez vos parures,
oh ! mes amis !

Nezahualcoyotl
In Poésie nahuatl d’amour et d’amitié, traduit par Georges Baudot, Orphée / La Différence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *