Apirana Taylor

Apirana Taylor est né en 1955. Il est un poète Maori de Aotearoa/Nouvelle-Zélande. Son Wakapapa/généalogie est Ngāti Porou, Te Whānau a Apanui, Ngāti Ruanui et “Ngāti Pākehā/Européen“.

Il est l’auteur de deux romans : He Tangi Aroha (Huia Publishers, 1993), Five Strings, (Anahera Press, novembre 2016), plusieurs recueils de nouvelles : Iti Te Kopara ( Pohutukawa Press, 2000), i Te Ao ( Penguin, 1985), He Rau Aroha (Penguin, 1982), des pieces de théâtre : Kohanga et Whaea Kairau (Pohutukawa Press 1999), Nga Manu Roreka, une pièce en Maori (2009) et six recueils de poésie : The Breathing Tree (Canterbury University Press, 2014), A Canoe in Midstream (Canterbury University Press, 2009; second edition, Canterbury University Press, 2011), Te Ata Kura (Canterbury University Press, 2004), Soft Leaf Falls of the Moon (Pohutukawa Press, 1996), Three Shades (Voice Press, 1981), Eyes of the Ruru (Voice Press, 1979)).

Il est un des fondateur du théâtre Maori contemporain et fait partie de la compagnie théâtrale Te Ohu Whakaari. Il a reçu plusieurs prix pour ses écrits et ses performances d’acteur.

Il a plus été poursuivi par les études que étudiant assidu. Un passage à l’Université puis dans une école de journalisme le décide à vivre dans la rue puis à travailler comme charpentier. C’est après un voyage dans le Nord de l’Ile du Nord de la Nouvelle-Zélande sur le lieu mythique d’où les âmes des maoris s’en vont pour Hawaiki, le territoire des morts qu’il décide de vivre de son art et s’engage dans la lutte pour les droits du peuple maori et pour une meilleure scolarité des Maoris.

Il est né dans une famille d’artiste et de journalistes. Sa soeur ainée Riwia a écrit le scenario du film Once Were Warriors (L’âme des guerriers paru en DVD). Il incorpore musique et danse lors de ses lectures. Il écrit aussi de la littérature-jeunesse.

Il a été invité deux fois en Inde et en Europe où il a participé à une tournée de trois mois en Autriche, Suisse, Italie et Allemagne en compagnie d’autres poètes dont Lance Henson (Cheyenne). Sa poésie est traduite en allemand et enitalien. He Rangi Mokopuna (Ed. Sur le Dos de la Tortue. 2016.) est son premier recueil traduit en français.

“Apirana Taylor est un poète et un guerrier lucide et incisif. La force et l’amour trouvent leur place à part égale dans ses vers alternativement instinctifs et lyriques, dramatiques et méditatifs, haka et haiku…”(Fiona Farrell)

Sa poésie est “une voix maorie rude et puissante totalement différente du lyrisme et de l’ironie tranquille d’une Hone Tuwhare” (Peter Simpson) n’hésitant pas à révéler la condition des Maoris dans l’ère post-coloniale. “Il adopte une langue populaire sans concession” (Lawrence Jones).

Sa poésie transporte le lecteur dans des paysages de Aotearoa/Nouvelle-Zélande, citant des personnages historiques dont les vies ont eu une influence sur lui-même. Il aborde également des rivages du monde plus lointains et les problèmes de société dépassant le cadre de son propre pays. Ses thèmes sont universels : la brièveté de la vie, la fragilité de la nature, le chaos des guerres et les rêves et espoirs des gens ordinaires aspirant à une vie et un monde meilleurs.

Défiler vers le haut