Quatrains

“Se taire, s’apaiser, polir et affiner l’esprit
S’effacer, s’alléger à l’heure du soleil modeste
C’est le projet que forme l’âme
Avant de retourner vers le séjour natif.

*

Leur vie s’obstine dans de grands corridors froids
Leur vie s’acharne à désirer ce qui n’est pas
Leur vie s’épuise à refuser ce qui est là
Leur vie s’écoule avec un bruit d’orphelinat.

*

Langue sans démon  de sel
Écriture comme à l’aube
Le bond léger d’une biche
Sur tes syllabes muettes.

*

L’existence occupées de pensées, de projets
Tout à l’ardent désir des saisons corporelles.

Henri Bauchau,
Nous ne sommes pas séparés, Actes Sud, 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *