Rencontres poétiques

Mardi 7 mars – 19H00 – Librairie Olympique

Les éditions Passiflore avec Chantal Detcherry

Ecrivain de l’ailleurs aussi bien que de l’intime, Chantal Detcherry (prix Olympique 2006, Prix Ardua – Yolande Legrand 2016 pour l’ensemble de son œuvre) a publié des livres d’impressions de voyage sur l’Inde, le Népal, la Grèce, ainsi que de la poésie, et des romans et des récits enracinés en Aquitaine, qui est sa terre natale.

Une mère autrichienne mélancolique et fantasque a donné à Chantal Detcherry le goût profond de la nature, la compassion pour les bêtes, le respect de la vie la plus infime. Un père landais bûcheron, résinier puis vigneron, a suscité en elle l’admiration pour le travail bien fait et la simplicité du geste. Cette origine rurale en terre d’Aquitaine lui a légué un puissant intérêt pour les vies humbles, pour le cycle des saisons, pour le silence, pour la contemplation.

Mais dès l’enfance, Chantal Detcherry découvre aussi la séduction de la littérature : la passion des histoires, de l’imaginaire, de la pensée, de la culture. Le goût des mots, leur beauté, leur multiplicité, vont l’arracher à sa condition première de fille de paysan.

C’est aussi dans la littérature qu’elle contractera la passion de l’ailleurs – qu’elle a côtoyé également dans sa vie professionnelle puisqu’elle a enseigné la littérature française aux étudiants étrangers. De nombreux voyages, en Europe, en Afrique, et surtout en Asie nourrissent sa nature rêveuse et son écriture. Elle s’y découvre plus intensément humaine dans la rencontre des cultures multiples et de l’altérité.

Outre la littérature, elle se sent concernée par nombre de formes d’art, mais elle est animée d’une curiosité passionnée pour les arts populaires et naïfs, pour les arts « bruts » ou « sauvages » ainsi que pour les arts Premiers, curiosité qu’elle relie à un goût de l’ethnologie, et aussi à une interrogation sur les origines, à la fois celles du monde, et les siennes propres.

Le deuil lui a enseigné que ce sont les choses les plus simples qui sauvent et constituent le cœur de l’existence. Que l’essentiel est de se retrouver au plus près de sa propre vérité. Que pour être au monde, la poésie mise en pratique à chaque instant est un idéal à cultiver.” (Extrait de la présentation des éditions Passiflore).

 

Mercredi 8 mars – 19H00 – Librairie Olympique

Naly Razakandraïbé et Marie Laugery

Naly Razakandraïbé vit et travaille à Bordeaux. Il se définit comme un “noteur” et un “compteur”. Avec lui, la poésie est une discipline de vie et un exercice d’écriture qu’il pratique à partir de notes qu’il rédige partout où il peut. Parce que la vie est une invention, ses textes sont les “contes rendus” de ses temps de jour et de nuit qu’il mesure, remesure et démesure.

Il est un des animateurs des soirées Poésie@ Paul’s Place dans le quartier des Chartrons de Bordeaux.

Il a notamment publié Et vous, comment écrivez-vous Bordeaux ?, éditions Cairn, 2008 ;

Guide secret de Bordeaux et de ses environs, éd. Edilage (Ouest-France), 2012.

Marie Laugery, qui vit à Bordeaux, est l’auteur de recueils publiés aux Editions le Solitaire : « A l’aube du vent » en 2008 et « Lumières » en 2009 qui ont obtenu le Prix ARDUA* poésie 2010 des premières réalisations (*Association Régionale des Diplômés d’Université d’Aquitaine).

Contempler, questionner, accepter l’impermanence et le mystère de la vie, en communion avec le mouvement universel.

Proche d’une conception taoïste du monde et adepte des écrits qui en témoignent, son écriture se veut épurée, sobre, nourrie de l’infiniment petit comme de l’infiniment grand, dans une tentative de toucher aux choses essentielles, simples, les plus ténues et en cela porteuses d’absolu.

Aller vers la poésie au sens de la poïesis (création) des Grecs, se mettre humblement à l’écoute des vibrations, celles d’une fleur ou d’une étoile, tel lui apparaît l’acte à accomplir, mots en mains.

 

Jeudi 9 mars – 19H00 – Librairie Olympique

Les éditions Moires et Patrice Luchet pour Funky College

Poète-performeur, Patrice Luchet (1971) vit à Bordeaux où il écrit et oralise ses textes, parfois improvisés. Il travaille en particulier sur la notion de poésie relationnelle et explore à travers une grande partie de ses écrits le monde urbain. Il est par ailleurs enseignant de lettres classiques et membre actif des collectifs Boxon, p&P et de l’association Poésie mobile.

Funky College

Dans une forme poétique qui interroge le rythme, la répétition, la notion de personnages à travers l’usage du prénom, le funky collège raconte la vie d’un collège qui pourrait être n’importe quel collège. Il nous trace les moments de la vie de jeunes adolescents dans ce qu’ils ont de plus abrupt comme dans ce qu’ils ont de plus vivifiant, de plus enthousiasmant. On suit ainsi une rentrée des classes, un anniversaire un peu particulier, une lecture à voix haute, une promenade dans une zone commerciale, un conseil de classe, le retour d’une élève après une longue absence, un déjeuner de cantine, et bien d’autres réjouissances et déconvenues qui peuvent se vivre au collège. Leur quotidien crée alors un suspense, une attente. Que peut-il se passer entre ces collégiens ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *