Hölderlin

Friedrich Hölderlin
Friedrich Hölderlin

Le poète Jean-Paul Michel écrit dans la revue Europe de mars 2000 : « Chez Hölderlin, d’un bout à l’autre, la valeur supérieure est la joie. C’est peut-être cela que nous avons oublié le plus : l’exaltation de l’être porté au sentiment d’une plénitude. » Il ajoute plus loin : « Le secret de la toute puissance d’effet de sa lecture est là : pour ce qu’Hölderlin aura aimé absolument, il peut être, en retour, absolument aimé. »

Lire et relire donc Hölderlin, pour le suivre sur les cimes de cette joie et de cet amour absolu, pour être en présence de la « pensée comme chant, du chant comme pensée », pour accompagner sa solitude « au cœur de la beauté du monde », pour recevoir réponse à l’interrogation lancée dans le poème Pain et vin : « Et pourquoi des poètes en des temps de détresse ? »

Lire et relire donc Hölderlin pour rêver, comme il le dit, d’une république idéale où les vertus politiques et l’enthousiasme dionysiaque restaureraient une vie belle et héroïque… Comment, aujourd’hui, n’être pas bouleversé par « sa brûlante utopie ? »  Ne partageons-nous pas « en des temps de détresse » sa douleur de vivre dans un monde d’où les dieux se sont retirés ? Ne gardons-nous pas l’espoir fou de voir un temps « où les dieux seraient revenus, » où le monde serait réenchanté ?

Invités par le Gœthe Institut dans le cadre du Marché de la Poésie, le 16 mars à 16h00, Jean-Yves Masson et Jean-Paul Michel dialogueront en poètes pour nous guider sur les traces d’Hölderlin, sur les « traces des dieux enfuis, » « de l’intense brûlure des dieux » qu’il célébrait dans ses hymnes et élégies.

Professeur de littérature comparé à la Sorbonne, traducteur (de l’anglais, de l’italien et de l’allemand), critique littéraire, directeur de la collection Der Doppelgänger aux éditions Verdier, Jean-Yves Masson est écrivain et poète (Prix Renaissance de la nouvelle en 2008 pour Ultimes vérités sur la mort du nageur chez Verdier ; prix Max Jacob de poésie en 2008 pour Neuvains du Sommeil et de la Sagesse chez Cheyne éditeur). Il a aussi été coordinateur du numéro spécial Poésie 2004 sur Hölderlin.

Jean-Paul Michel, essayiste et critique, éditeur (éditions William Blake and Co) est aussi poète : premier volume de ses poèmes rassemblés en 97 Le plus réel est ce hasard et ce feu chez Flammarion ; en 2010, Je ne voudrais rien qui mente dans un livre ; en 2012, Écrits sur la poésie 1981-2012, Poésie/Flammarion.

Monique Moulia
pour le Marché de la Poésie

Lectures de poésies et rencontres de poètes à Bordeaux