Le vrai a été réuni

Que stoppe ta vitesse à d’humbles jardins. Soit ! Go !
Que les images fixent l’émoi en disent l’ailleurs
Jeu des si tristes nuits qu’explore le dramaturge
Organisant l’équilibre des arts exploit à sa mesure

Allant d’une soie le héros exige ses cumuls
Et là en finesse m’y mène – il attend un colloque
Tes rituels du proche, accumulations des risques
Tu y conclus fleur crue aux eaux de métaphores

L’aval s’espace, jusqu’à ton muscle, c’est le vide
D’au-dessus des vallées, l’empire du zingueur à
Des esprits tous nègres dans ce volume du

Ce dit-chemin à pas tranquille s’offre à mes vers
Dit en quoi l’apparition est forte d’un don
Du fol lecteur élu qui torse aux imaginaires.

Naly Razakandraïbé

(Chaque vers (titre compris) est une anagramme du vers à la même position dans le sonnet de Charles Baudelaire « La vie antérieure »