Marie-Hélène Lafon

Samedi 3 mars – 20H30, Halle des Chartrons

Marie Hélène Lafon & Serge Renko

lisent des textes de Mathieu Riboulet,  Pierre Bergounioux Marie-Hélène Lafon.

Entrée libre

Marie-Hélène Lafon

Lire à voix haute pour donner corps et parce que le corps des lecteurs-auditeurs est aussi en jeu…

Marie-Hélène Lafon lit :

  • Chasseur à la manque (extrait) de Pierre Bergounioux, Le Promeneur
  • La demie de six heures, nouvelle de Marie-Hélène Lafon, La Guêpine, 2017
  • Nos Vies (extrait) de Marie-Hélène Lafon, Buchet Chastel, 2017

En hommage à son compagnon Mathieu Riboulet récemment disparu, Serge Renko lit :

  • Le nom du soleil en quéchua de Mathieu Riboulet, tiré de Lisières du Corps, Verdier, 2015
  • La plaine des filles, nouvelle inédite de Mathieu Riboulet, tirée du manuscrit de Avec Bastien, Verdier

M-H. Lafon dans Chantiers (éditions des Busclats, 2015) : « La phrase est tendue et travaillée pour rentrer dans les lecteurs (…) La phrase est faite pour leur passer dessus, au travers, pour les broyer les caresser les consoler les acculer les empoigner les débusquer les pousser dans leurs retranchements les plus embroussaillés les consoler les caresser. La phrase est faite pour danser. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.