Les sandales

Cela pourrait vous arriver,
de l’autre l’angoisse recevoir
avec ses morcellements ses cris
ses cassures ses mots violents où
le sens se retourne grimace frappe
et après c’est comme si je me fouettais
moi-même quand je te parle comme ça
dirait l’autre dans un instant lucide
que tout après dénierait

Vous pourriez tout à coup hériter
des siècles de violence là-bas ici
femmes mutilées terrorisées inexistées
femmes piétinées pour avoir donné
une vie que rien n’exemptera
d’humiliation ni de mort

Comment sauveriez-vous
cet or profond de vos sandales
où s’abreuve une paix méconnue
qui nourrit l’ombre et l’herbe
sous la légèreté de votre pas ?
Choisiriez-vous le très long silence
ou contre le passé qui s’étend
l’exigence d’être nommée
toujours neuve et sa dure fraîcheur ?

Annie Salager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *