Le mur

Au devant d’eux
il s’envola des oiseaux
pour les vagues du ciel

Il n’y avait pas la mer
mais le reflet du soleil
sur les coquillages rouges
d’un mur.

*
Quelquefois contre le mur
une main d’enfant dépassait
comme une étoile

et ce n’était pas par hasard
que le jour s’éclairait.

*
Il y avait de la lumière
dans le bec du merle
Il y avait du vent
simplement pour l’hommage.
Christian Viguié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *