Epihania 1937

Epiphania 1937

La mer en fleurs et les montagnes au décroît de la lune ;
La grande pierre près des figuiers de Barbarie et des asphodèles ;
La cruche qui ne voulait pas tarir à la fin du jour ;
Et le lit clos près des cyprès et tes cheveux
D’or : les étoiles du Cygne et cette étoile, Aldebaran.
J’ai maintenu ma vie, j’ai maintenu ma vie en voyageant
Parmi les arbres jaunes, selon les pentes de la pluie
Sur des versants silencieux, surchargés de feuilles de hêtre.
Pas un seul feu sur les sommets. Le soir tombe.
J’ai maintenu ma vie. Dans ta main gauche, une ligne ;
Une rayure sur ton genou ; peut-être subsistent-elles encore
Sur le sable de l’été passé, peut-être subsistent-elles encore
Là où souffle le vent du Nord tandis qu’autour du lac gelé
J’écoute la voix étrangère.
Les visages que j’aperçois ne me questionnent pas ni la femme
Qui marche, penchée, allaitant son enfant.
Je gravis les montagnes. Vallées enténébrées. La plaine
Enneigée, jusqu’à l’horizon la plaine enneigée. Ils ne questionnent pas
Le temps prisonnier dans les chapelles silencieuses
Ni les mains qui se tendent pour réclamer, ni les chemins.
J’ai maintenu ma vie, en chuchotant dans l’infini silence.
Je ne sais plus parler ni penser. Murmures
Comme le souffle du cyprès, cette nuit-là
Comme la voix humaine de la mer, la nuit, sur les galets,
Comme le souvenir de ta voix disant : « Bonheur ».
Je ferme les yeux, cherchant le lieu secret où les eaux
Se croisent sous la glace, le sourire de la mer et les puits condamnés
À tâtons dans mes propres veines, ces veines qui m’échappent
Là où s’achèvent les nénuphars et cet homme
Qui marche en aveugle sur la neige du silence.
J’ai maintenu ma vie, avec lui, cherchant l’eau qui te frôle,
Lourdes gouttes sur les feuilles vertes, sur ton visage
Dans le jardin désert, gouttes dans le bassin
Stagnant, frappant un cygne mort à l’aile immaculée
Arbres vivants et ton regard arrêté.
Cette route ne finit pas, elle n’a pas de relais, alors que tu cherches
Le souvenir de tes années d’enfance, de ceux qui sont partis,
De ceux qui ont sombré dans le sommeil, dans les tombeaux marins,
Alors que tu veux voir les corps de ceux que tu aimas
S’incliner sous les branches sèches des platanes, là même
Où s’arrêta un rayon de soleil, à vif,
Où un chien sursauta et où ton cœur frémit,
Cette route n’a pas de relais. J’ai maintenu ma vie. La neige
Et l’eau gelée dans les empreintes des chevaux.

Georges Séféris
1937, Traduction Jacques Laccarière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *