Blick Bassy

 Blick Bassy

Blick Bassy est un musicien camerounais né à Yaoundé en 1974. À dix ans, il est envoyé à Mintaba, le village où résident ses grands-parents. Il y passe deux ans au cours desquels il se familiarise avec les coutumes, la musique et la culture traditionnelles. De retour à Yaoundé, à dix-sept ans, alors qu’il est encore lycéen, il crée son premier groupe, “The Jazz Crew” qui rencontre un certain succès au Cameroun. Plus tard, en 1996, il fonde le groupe “Macase” dont la musique mêle rythmes bantous, jazz et soul et qui lui assure la notoriété avec la sortie de deux albums, Etam en 1999 et Doulou en 2003. En 2005, il s’installe en France et entame une carrière solo. Finaliste du Prix Découvertes RFI 2007, il multiplie alors les collaborations avec de nombreux artistes qu’il a séduit, notamment Manu Dibango et Cheikh Tidiane Seck.

En 2016, il publie chez Gallimard son premier roman “Le Moabi cinéma”, dans lequel il raconte les aventures de cinq copains bacheliers qui rêve d’Occident et tuent le temps en attendant d’obtenir un hypothétique visa. Cette chronique d’une jeunesse camerounaise à la dérive aborde avec un humour toujours présent de nombreux thèmes : religion, prostitution, politique…

Actuellement, Blick Bassy vit à Bordeaux.

http://www.blickbassy.com/

 

Une réflexion sur « Blick Bassy »

  1. ” Vocalises pour une voix venue de loin

    Vocalises rauques & limpides
    Vocalises translucides
    Pour une voix d’ici & d’ailleurs
    Vocalises en vos belles luttes.
    Notes électriques en banjo
    Goutte à goutte de noires et blanches
    Gammes éclectiques en bouche
    Croches susurrées hors micro.
    Vocalises à la Bobby Mc Ferrin
    Pour une voix soprano
    En VO grave
    En VO d’octaves
    Hypnotiques
    Blick
    Wap do Wap
    Ndjèl
    Songs from Africa
    Chants Bassa
    Chants de là-bas
    Blick
    Du blues trente trois tours
    Maestro
    Crépitations en direct
    Poésie “en vivo”
    Comme on dit en español
    Chez les latinos
    Pour dire “en direct”
    ( moins beau en français )
    Pour dire ” in live”
    In english
    Una mezcla de idiomas
    Pour se souvenir d’être vivant
    Pour se souvenir d’être aimant
    Tant qu’il est encore temps
    Oui Blick
    C’est le mélange qui est juste
    Qui sonne & résonne
    En vocalises polyglottes…”

    Véronique Chastelier

    Épilogue de cette belle soirée *
    Écrire avec le nom de la mère comme Galeano .
    Écrire “grâce à ” ou “à cause de” la mère
    Écrire pour Elle.
    La langue maternelle
    dit-on….
    Ce Cadeau du Nouveau Monde
    D’Uruguay , précisément :
    dans
    Le livre des étreintes
    El libro de los abrazos
    De l’immense écrivain
    Eduardo Galeano, pour Blick Bassy
    ” Pleurer
    En pleine forêt, au cœur de l’Amazonie équatorienne.
    Les Indiens Shuar pleuraient assis autour d’une aïeule moribonde, spectateurs de son agonie.
    Un témoin venu d’un autre monde, leur demanda :
    Pourquoi pleurez-vous devant-elle, si elle est toujours vivante?
    Et ceux qui pleuraient lui répondirent :
    Pour qu’elle sache que nous l’aimons
    beaucoup .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *